Projet de responsabilisation sociale (ASAP)

L'objectif global du projet est de renforcer la capacité des organisations de la société civile au Nigeria à s'engager dans le processus politique et à amplifier la voix des personnes marginalisées.

Au fil du temps, le Nigeria s'est battu pour atteindre l'objectif de l'éducation universelle pour les citoyens et fournir une éducation de qualité qui contribue au développement national. Il en est ainsi parce que le pays croit et reconnaît que pour qu'une nation ou une société se développe, elle doit avoir un bon système d'éducation en place. Par conséquent, au fil du temps, le Nigeria a déployé des efforts concertés pour mettre en place plusieurs mécanismes visant à soutenir la croissance du pays sur les plans économique, politique, social et culturel.

La mise en place de politiques dans le pays a toujours été la seule initiative du gouvernement fédéral du Nigeria, qui est ensuite adoptée/adaptée par les différents États. Les lois nationales doivent être rectifiées par les assemblées des trois États pour être considérées comme des lois nationales, et les États sont censés adapter ces lois à l'environnement local pour qu'elles soient opérationnelles dans ces États. Il s'agit généralement d'un cadre d'application d'une loi ou d'un acte particulier.

Le Nigeria, en tant que pays, ne manque pas de politiques. Depuis son indépendance, le Nigeria a évolué d'un régime politique à un autre. Cependant, comme l'ont noté les chercheurs et les spécialistes de l'éducation, le problème des politiques nigérianes repose sur les écarts entre la planification des politiques, leur mise en œuvre et le suivi du processus de mise en œuvre. Malheureusement, les politiques éducatives et la réalisation des objectifs ont été inconciliables en raison des contraintes de mise en œuvre (Okoroma, 2016). Depuis l'indépendance du Nigeria, le pays a révisé ses politiques nationales.

Le système d'éducation du Nigeria a été publiquement critiqué avec divers défis de mauvais financement ; avec toutes les déclarations et étant signataire de plusieurs traités internationaux, l'éducation du Nigeria est toujours mal financée. Depuis 2015, le financement du gouvernement fédéral en faveur de l'éducation a été réduit à 5 % du budget total de la fédération, soit 19 % des 26 % engagés au niveau international pour l'éducation.

Une fois de plus, il y a le défi de l'inadéquation du personnel enseignant qualifié. La population scolaire du Nigeria au niveau de l'éducation de base universelle, de l'ECCDE au Junior Secondary, s'élève à 40 237 742 millions de personnes, dont 7 159 millions dans l'Early Child Care Development Education (ECCDE), 27 889 387 millions dans les écoles primaires et 5 189 093 millions dans le Junior Secondary. Avec ce nombre, il y a peu d'enseignants qualifiés dans les écoles (UBEC NPA 2018). Le rapport national d'audit du personnel pour 2018 montre que le ratio élèves-enseignants est de 126:1.

Il y a aussi le défi des infrastructures inadéquates dans l'éducation de base. Cela a été associé au taux élevé d'abandon des filles. Ces abandons s'ajoutent aux 13,2 millions d'enfants âgés de 6 à 17 ans qui ne sont pas scolarisés (UNICEF, 2018). Selon la Commission pour l'éducation de base universelle, "Jusqu'à treize millions d'enfants éligibles pourraient encore ne pas avoir accès à l'éducation primaire, comme le montrent les TBS et TNS du primaire de 87,45 (88,41 hommes ; 86,46 femmes pour cent respectivement.

De même, les analyses d'admission brute et nette indiquent que de nombreux enfants n'ont pas la possibilité de s'inscrire en première année du primaire. En fait, les données sur l'admission nette ont révélé que plus de deux millions d'enfants n'ont pas la possibilité de s'inscrire en première année du primaire lorsqu'ils ont six ans. Le taux brut d'admission en première année de l'enseignement primaire, femmes (% du groupe d'âge concerné) au Nigeria était de 80,41 en 2010 (ISU ).

Le changement que CSACEFA souhaite voir à la fin du projet est le renforcement des capacités des OSC et des parties prenantes en matière d'engagement politique au niveau des zones, des états et des communautés, ce qui contribuera à améliorer l'accès à une éducation inclusive de qualité, en particulier pour les filles et les personnes marginalisées au Nigeria.

CSACEFA a l'intention de développer la capacité des groupes civiques à renforcer la responsabilité mutuelle du dialogue et du suivi des politiques éducatives. CSACEFA augmentera la représentation effective de la société civile dans le dialogue politique institutionnel avec le gouvernement et les groupes communautaires, améliorera la disponibilité des informations pertinentes et des données basées sur des preuves pour permettre le développement de réponses politiques plus informées sur les filles et les marginalisés.

Pour y parvenir, CSACEFA s'associera à d'autres réseaux, comme la Fédération des femmes juristes, les réseaux de personnes vivant avec un handicap, le Syndicat des enseignants du Nigeria, les dirigeants communautaires et les organisations confessionnelles/communautaires. Le partenariat sera également étendu aux agences de développement et aux organisations qui mettent en œuvre d'autres projets d'éducation dans les États ciblés.

Une phase antérieure du projet a été mise en œuvre en 2020-2021 avec le soutien de Education à Voix Haute.

Faits sur le project

Période du projet

Project start
Project end
Pays du projet
Budget du projet
300.000 USD
Régions du projet
Contact du projet
Adeleke Damian-Mary; damisreal2380@gmail.com