Leave No Child Behind : Promouvoir l'accès et l'apprentissage dans les zones marginalisées

L'objectif général de ce projet est de contribuer à améliorer l'accès, l'enseignement et l'apprentissage, en particulier pour les filles dans les régions sélectionnées et les plus touchées de l'Ouganda.

Objectif 1. Contribuer à la réinscription et au rétablissement de l'école dans les zones marginalisées de l'Ouganda (Nord, Nord-Est et Ouest - région de Rwenzori).

Objectif 2. Plaider pour le rétablissement et l'amélioration de la qualité de l'enseignement et de l'apprentissage dans les écoles des zones défavorisées sur le plan éducatif (nord, nord-est et ouest - région de Rwenzori).

Objectif 3. Renforcer l'autonomie des membres de la FENU, encourager les collaborations et l'apprentissage qui amélioreront les engagements pour la fourniture d'une éducation de qualité.

Objectif 4. Faire campagne pour un financement public accru de l'éducation.
Contexte

Cadre juridique, politique et institutionnel L'Ouganda dispose d'un cadre juridique, politique et institutionnel très favorable qui définit les aspirations de l'Ouganda en matière d'éducation tout en réglementant les actions du gouvernement et des autres parties prenantes dans la prestation du service. La Constitution de la République de l'Ouganda (1995), la loi sur l'éducation (pré-primaire, primaire et post-primaire) (2008), font partie des législations qui contribuent à un ensemble de lois qui régissent et donnent un cadre propice à l'éducation.

Le cadre actuel de la politique éducative découle du Livre blanc du gouvernement sur l'éducation (Ministère de l'éducation et des sports, 1992) et sert de base aux politiques des sous-secteurs (éducation de base, égalité des sexes dans l'éducation, enfants défavorisés sur le plan éducatif, éducation physique et sports, etc.

Le système éducatif ougandais est caractérisé par trois problèmes majeurs :

  • Un taux d'abandon élevé dû au COVID-19 exacerbant le faible accès à l'éducation L'éducation en Ouganda a été caractérisée par un taux d'abandon élevé et la pandémie du COVID-19 a probablement poussé le taux d'abandon à ses plus hauts niveaux. D'après une étude menée par la FENU en 2020, 8% des finalistes du secondaire inférieur et du secondaire supérieur n'ont pas pu retourner à l'école après la réouverture partielle des établissements.
    Entre mars 2020 et juin 2021, par exemple, on a constaté une augmentation de 22,5 % du nombre de grossesses chez les filles d'âge scolaire (UNICEF "The Situation of, and Impact of COVID 19 on School going Girls and Young Women in Uganda").
  • Faible niveau d'instruction exacerbé par la pandémie de covid 19 L'Ouganda a souffert d'un faible niveau d'instruction des apprenants, tant au niveau de l'enseignement primaire que secondaire. Les résultats d'apprentissage, mesurés par les compétences en calcul et en lecture, ont diminué au fil des ans, la proportion de filles en troisième année d'études classées compétentes en calcul étant de 56,1 % et de 54,3 % pour les garçons. De même, 52,5 % des filles de 3e année ont été jugées compétentes en littératie en anglais et celle des garçons s'élevait à 47,4 %. (NAPE 2018).
    Le taux d'attrition accru des enseignants en raison de la pandémie de COVID-19 La pénurie d'enseignants est l'un des facteurs à l'origine des faibles résultats d'apprentissage, tels que l'absentéisme des enseignants, le manque de supervision, l'absentéisme des apprenants, le manque de matériel d'enseignement et d'apprentissage, le manque de motivation des enseignants, etc. Une étude récente a révélé que 32% des enseignants qui ont trouvé une alternative à l'enseignement comme source de revenu, le revenu provenant de ces sources alternatives était meilleur que le salaire des enseignants (FENU 2021). L'étude a également montré que 23% des enseignants interrogés ne prendraient l'enseignement qu'à temps partiel, que 3% avaient quitté la profession et que 10% étaient indécis.
  • Faibles dépenses publiques pour l'éducation Historiquement, les dépenses publiques de l'Ouganda pour l'éducation en pourcentage du PIB sont restées minimes. Les données de 1971 à 2018 montrent qu'en moyenne, l'Ouganda a dépensé 2,7 % du PIB. Entre 2012 et 2014, l'Ouganda dépensait aux mêmes niveaux qu'en 1983 malgré une croissance exponentielle de la population d'environ 3% par an.
    Les dépenses de l'Ouganda en matière d'éducation, exprimées en pourcentage du PIB, soutiennent mal la comparaison avec celles de ses voisins - le Kenya et la Tanzanie - qui ont dépensé en moyenne 5,62 % du PIB et 11,27 % du PIB respectivement.

D'un point de vue historique, il semble que l'Ouganda ait toujours investi moins que les autres pays de la région dans l'éducation. Cela peut s'expliquer par le fait que le gouvernement colonial et les gouvernements successifs après l'indépendance n'ont joué qu'un rôle de soutien par le biais de subventions aux écoles non publiques.

Au tout début, l'éducation en Ouganda était généralement, mais pas strictement, réservée à quelques privilégiés et aux convertis chrétiens, puisque l'éducation telle que nous la connaissons aujourd'hui a été fondée par les missionnaires de l'Église. L'éducation était un privilège et non un droit, et la demande en la matière n'était pas, du moins, axée sur l'éducation en tant que passage vers la libération sociale, économique et politique.

Pour cette raison et bien d'autres, les gouvernements post-coloniaux successifs n'ont jamais exercé une pression suffisante pour investir dans l'éducation.

Une phase antérieure du projet a été mise en œuvre en 2020-2021 avec le soutien d'Education à Voix Haute.

Project facts

Project period

Project start
Project end
Pays du projet
Thème du projet
Budget du projet
255.751 USD
Régions du projet
Contact du projet
Asha Najjuuko, arshern@yahoo.com