Main image
AMEI young mother

Initiative pour l'éducation des mères adolescentes (AMEI)

La composante OC3 de l'Education à Voix Haute vise à créer un environnement mondial et transnational plus favorable aux efforts nationaux de plaidoyer et de transparence de la société civile.

Cet objectif vise à intégrer verticalement les alliances de la société civile, représentant divers acteurs, dans les débats politiques transnationaux afin de faciliter l'inclusion des voix des citoyens, informées par leurs réalités vécues, dans les espaces transnationaux. Cela conduira à la promotion d'agendas politiques plus sensibles aux intérêts des citoyens en tant que détenteurs de droits.

L'OC3 cherche également à renforcer les mécanismes, espaces et institutions de responsabilité sociale qui assureront le suivi des engagements mondiaux, régionaux ou nationaux liés au droit à une éducation équitable et de qualité.

L'Initiative pour l'éducation des mères adolescentes (AMEI) répond à cet appel en ciblant la politique et la pratique autour de l'éducation continue des filles enceintes et des mères adolescentes (PGAM) dans les régions d'Afrique australe et orientale, en ciblant la République démocratique du Congo (RDC), l'Ouganda et le Zimbabwe.

COVID19 a exacerbé le problème des PGAM, l'UNESCO signalant qu'au moins 11 millions de filles de l'enseignement primaire à l'enseignement supérieur risquent de ne pas retourner à l'école suite à la fermeture des écoles par COVID19.

Ces PGAM sont confrontés à divers obstacles à la poursuite de leur éducation, notamment l'absence de stratégies solides et efficaces pour la mise en œuvre de lois et de politiques qui soutiennent la réinsertion et la poursuite de l'apprentissage ; les capacités et les ressources limitées pour mettre en œuvre les politiques ; l'absence d'un environnement favorable à la poursuite de l'éducation, par exemple la garde d'enfants ; les politiques discriminatoires, par exemple la réinsertion conditionnelle ; les normes et attitudes religieuses et sociales négatives ; et la stigmatisation, qui découragent la réinsertion dans l'éducation. Par conséquent, les PGAM ne peuvent pas jouir de leur droit à l'éducation, ce qui présente une variété d'implications négatives pour leur bien-être et celui de leurs enfants.

L'AMEI réunira des acteurs locaux, nationaux et transnationaux (régionaux et mondiaux) pour un changement positif dans l'éducation des filles en remettant en question les obstacles politiques et pratiques à l'accès à l'éducation des PGAM.

L'AMEI mettra à profit les données et les enseignements tirés de la recherche sur l'indice du droit à l'éducation au niveau national et de l'approche de responsabilité sociale au niveau local - Citizen Voice and Action (CVA) - pour éclairer la conception, la formulation, la mise en œuvre et le suivi des politiques relatives au droit à l'éducation. Grâce à la CVA, l'AMEI donne aux filles et aux communautés les moyens de devenir des agents de plaidoyer qui, par le biais d'une approche progressive, commenceront à former au niveau local une alliance de plaidoyer locale-mondiale, axée sur l'éducation continue des PGAM.

L'AMEI s'engagera dans l'apprentissage partagé et le plaidoyer par le biais de plateformes nationales telles que les groupes d'éducation locaux, les examens sectoriels conjoints et les réunions de la section ougandaise de l'initiative régionale d'apprentissage de l'éducation, entre autres.

Au niveau transnational, l'AMEI souscrira à des cadres tels que l'Agenda 2063 de l'UA, l'Agenda 2030 de l'ONU, la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant et les ODD pour engager les acteurs régionaux (UA, SADC, EAC et leurs commissions pertinentes) et mondiaux (GPE, FCDO, ONU) avec des données,
l'apprentissage et les recommandations à partir des voix des groupes marginalisés, dans un processus de co-construction de la conception et de la mise en œuvre pratique des politiques pour favoriser une meilleure réalisation du droit à l'éducation pour les PGAM, bénéficiant ainsi aux millions de filles qui ne jouissent pas de leur droit à l'éducation en Afrique australe et orientale.

Project facts

Project period

Project start
Project end
Type de subvention
Pays du projet
Thème du projet
Budget du projet
1.200.000 USD
Régions du projet
Contact du projet
Rose Nyatsambo, rose.nyatsambo@worldvision.org.uk