Enseignement de porte-à-porte au Népal durant la fermeture des écoles

Author
Clara Lindhard Neltoft
Main image
Budhinanda Basic School of Kolti, Bajura organized outdoor teaching with parents/guardians present to ensure continued learning
L'école élémentaire Budhinanda de Kolti, à Bajura, a organisé un enseignement en plein air en présence des parents/tuteurs pour assurer la poursuite de l'apprentissage. Crédit photo: NCE Nepal

 

cc

NCE Népal est l’une des nombreuses coalitions nationales pour l’éducation soutenues par l’Éducation à Voix Haute par le biais de la Composante Opérationnelle 1 et reçoivent 275.000 USD pour le plaidoyer en faveur de l’éducation nationale sur une période de 3 ans.

NCE Népal est un réseau de 409 différentes organisations au Népal travaillant dans le domaine de l’éducation. Les organisations membres comprennent des ONG Internationales, des ONG, des organisations communautaires, des organisations d’enseignants et de journalistes.

NCE Népal a été créé en 2003 comme une filiale au Népal de la Campagne Mondiale pour l’Education (CME).

Pendant la fermeture des écoles au Népal, l’apprentissage à distance a été un défi - en particulier pour les élèves vivant dans les zones vallonnées du pays avec un accès limité à une connexion Internet. En collaboration avec les gouvernements locaux, la Compagne Nationale pour l’Education au Népal a.

Au début du confinement, le Gouvernement Népalais a collaboré avec les écoles et les enseignants pour lancer un certain nombre d’initiatives d’apprentissage à distance. Toutefois, autour de 25 % des étudiants au Népal n’ont aucun accès aux ressources nécessaires en ligne ou numériques. Cela a été un problème particulièrement pour les enfants dans les zones vallonnées et éloignées où il y a souvent de mauvaises connexions en ligne, de pauvres systèmes de câble, et dans certains cas, même pas de radio, explique Ram Gaire, directeur de programme de NCE Népal.

En collaboration avec leurs organisations partenaires communautaires, NCE Népal a décidé d’agir.

Faire du porte-à-porte pour atteindre les enfants dans les régions éloignées

"Nous avons pensé ; pourquoi ne pas faire du porte-à-porte pour atteindre les étudiants ? Avec les gouvernements locaux et nos organisations membres, cette approche a été appliquée dans certains districts vallonnés. Les enseignants allaient chez les élèves, les motiver à suivre les classes d’apprentissage à distance, ou même leur fournir des devoirs ou des travaux pratiques à discuter lorsque les enseignants reviendraient", explique Shradha Koirala, coordonnateur principal du programme.

L’enseignement de porte-à-porte était l’une des nombreuses initiatives lancées par les enseignants et soutenues par les gouvernements locaux pour assurer la formation continue des enfants pendant la pandémie. Avec l’enseignement de porte-à-porte, les enseignants dans les régions vallonnées atteignaient 4-5 maisons en une journée. Ils se rendaient souvent le soir après la fin du travail des champs, pour s’assurer qu’ils rencontrent les étudiants. Dans certains cas, les enseignants ont même pu établir des centres d’apprentissage dans les villages en dehors des maisons, là où ils pouvaient rassembler les enfants et leur enseigner tout en maintenant la distanciation sociale.

Obtenir le soutien des parents

Torche d’apprentissage

D'une OSC à l'autre : Partager les conseils et les enseignements

Le meilleur conseil de NCE Népal aux autres est: 

Il est important de renforcer les capacités et la motivation des enseignants, ainsi que d’assurer le dialogue avec les parents. Nous avons non seulement impliqué les enseignants, les parents et les gouvernements locaux, mais aussi des dirigeants politiques, religieux et communautaires bien connus et respectés. Les personnes qui n’écoutent pas la voix du gouvernement écouteront la voix de leurs dirigeants communautaires.

Ils aimeraient apprendre:

L’influence des acteurs privés sur le système éducatif au Népal a été amplifiée pendant la pandémie et a accru les inégalités entre l’enseignement public et privé. Comment pouvons-nous travailler à renforcer l’éducation publique et à minimiser l’influence des acteurs privés sur les systèmes éducatifs après la pandémie? D’autres OSC ont-elles expérimenté des cas où des acteurs privés auraient joué un rôle de soutien positif au système éducatif publique, et comment pouvons-nous pousser les acteurs privés à le faire?

L’enseignement de porte-à-porte a suscité différentes réactions de la part des parents:

"Lorsque les enseignants sont allés dans les maisons, certains parents voulaient vraiment que leurs enfants apprennent et étaient très heureux de recevoir du soutien. Toutefois, les parents qui font face à des problèmes financiers estimaient que leurs enfants devaient participer aux travaux agricoles pour aider leurs familles à traverser les moments difficiles. C’était encore plus difficile pour les filles à qui l’on demandait souvent de terminer tous leurs travaux ménagers avant de participer à l’apprentissage", explique Shradha.

Malgré des réactions mitigées, l’approche de porte-à-porte a offert aux enseignants une occasion unique d’interagir avec les parents et de les conseiller sur leurs défis et l’éducation de leurs enfants. Cette interaction a été essentielle pour assurer la poursuite de l’apprentissage des enfants marginalisés. NCE Népal a également fait appel aux dirigeants politiques, religieux et autres dirigeants communautaires. Cela s’est avéré avoir un impact très positif sur l’attitude des parents à l’égard de l’éducation continue de leurs enfants.

Les élèves eux-mêmes s’inquiétaient pour leurs examens, d’être en retard scolaire par rapport à leurs pairs et de ne pas pouvoir retourner à l’école en raison de la situation financière de leur famille. L’enseignement de porte-à-porte a apporté soutien et motivation aux élèves, et a créé un meilleur dialogue et échange de conseils entre les enseignants, les parents et les élèves, explique Ram Gaire.

Impliquer les gouvernements locaux et motiver les enseignants

Dès le début de la fermeture des écoles, NCE Népal et leurs organisations membres se sont engagés en étroite collaboration avec les gouvernements locaux.

"Pendant la période de confinement, les enseignants ne savaient pas très bien s’ils seraient payés, ce qui les a poussés à faire d’autres activités génératrices de revenus au lieu d’enseigner. C’est pourquoi nous avons collaboré avec les gouvernements locaux pour donner l’assurance aux enseignants qu’ils seraient payés, ainsi que pour leur prodiguer des encouragements et de la motivation pour enseigner. Cela a fait une énorme différence", explique Shradha.

Au Népal, les écoles ont été réouvertes récemment, mais tous les élèves – en particulier des zones marginalisées et éloignées – ne sont pas retournés à l’école.

"Maintenant que les écoles ont réouvert, nos organisations membres utiliseront toujours cette méthode de porte-à-porte pour atteindre les élèves et les motiver à retourner à l’école", déclare Shradha.

LA CAMPAGNE LES ENSEIGNANTS NE DORMENT PAS

Le concept de "Nidaune" (sommeil) se dit souvent des enseignants au Népal. Il existe des préjugés selon lesquels les enseignants seraient paresseux et n’enseigneraient pas assez bien les élèves.

Pendant la pandémie, les enseignants eux-mêmes ont voulu démontrer leurs capacités et leur engagement, ils ont alors lancé la campagne "Les enseignants ne dorment pas" pour créer une motivation parmi les enseignants.

L’enseignement de porte-à-porte a été l’une des nombreuses initiatives découlant des enseignants eux-mêmes. Une autre initiative comprend le renforcement des capacités des enseignants pour faciliter les cours en ligne et l’apprentissage.

La campagne a été soutenue par les gouvernements locaux, et la mise en œuvre des initiatives a été très réussie.

Pour les locuteurs népalais, plus d'informations sur la campagne ici.